cg96

Présentation de l’album Undun-The Roots

In Undun on juillet 5, 2012 at 11:58

Caractéristiques de l’album:

Titre: Undun

Choix du titre: peut-être une abréviation de undone qui se pose comme un adjectif pour la vie de Redford: une vie inachevée (Redford meurt tôt), fichu(Redford est ruiné), déballé (dévoilé au grand jour dans l’album). Ou un copier-coller des deux mots undone et undue (qui signifie injustifié).

Artiste: The Roots [de gauche à droite: Kamal Gray (Clavier), Damon « Tuba Gooding Jr. » Bryson (Sousaphone) ,F.Knuckles(Percussions), Black Thought (Rappeur), Questlove (Batteur), Captain Kirk Douglas(Guitare), Owen Biddle(Guitare Basse)]

Site officiel: http://theroots.com/

Sortie:  2 décembre 2011 (Dans le pays d’origine, aux U.S.A)

Genre: Hip-Hop

Label: Dej Jam Recordings

Clips: (4 clips) « Sleep », « Make My », « Stomp » et « Tip The Scale ».

Collaborations:  Big K.R.I.T.,  Dice Raw, Phonte, P.O.R.N., Truck North, Bilal, Just Blaze, Sufjans Steven.

Pochette:

Histoire de la pochette: photographie prise à New York,  à la West 4th Street côté Sixth Avenue. La photo a en fait été prise devant le playground (aire de jeux pour enfants) du Mc Donald par le photographe Jamel Shabazz.

Titre(s) instrumenta(ux)l: (5) « Dun », « Redford(For Yia-Yia and Pappou) », Possibility(2nde movement) », « Will to Power(3rd movement), « Finality (4th movement) ».

Singles: « Make My ».

Précision sur les morceaux:

No. Titre Auteur(s), compositeur(s) Producteur(s) Durée
1. « Dun » Ray Angry, Ahmir Thompson Questlove, Angry 1:16
2. « Sleep » Nicolas Koenig-Dzialowski, Thompson, Tariq Trotter, Aaron Livingston Questlove, Hot Sugar 2:15
3. « Make My » (featuring Big K.R.I.T. & Dice Raw) Khari Mateen, Trotter, Thompson, Angry, Justin Scott, Karl Jenkins Questlove, Mateen, Angry 4:27
4. « One Time » (featuring Phonte & Dice Raw) Brent Reynolds, Jenkins, Trotter, Thompson, Phonte Coleman Questlove, Reynolds 3:55
5. « Kool On » (featuring Greg Porn & Truck North) Gregory Spearman, Jamal Miller, Trotter, Dewayne Julius Rogers Sr. Questlove 3:48
6. « The OtherSide » (featuring Bilal & Greg Porn) Thompson, Betty Wright, Jenkins, Trotter, Spearman, James Poyser, Angelo Morris, Sean McMillion, Ralph Jeanty Questlove, Poyser, Richard Nichols 4:03
7. « Stomp » (featuring Greg Porn & Just Blaze) Trotter, Spearman, Deleno Matthews, Levar Coppin Sean C & LV 2:23
8. « Lighthouse » (featuring Dice Raw) Richard Friedrich, Thompson, Jenkins, Trotter Questlove, Friedrich 3:43
9. « I Remember » Mateen, Trotter, Thompson Questlove, Mateen 3:15
10. « Tip the Scale » (featuring Dice Raw) Thompson, Angry, Wright, Jenkins, Trotter, Morris Questlove, Angry, Nichols, Mateen 4:17
11. « Redford » (For Yia-Yia & Pappou) Sufjan Stevens Stevens 1:52
12. « Possibility » (2nd Movement) Angry, Thompson, Nichols Questlove, Angry, Nichols 0:55
13. « Will to Power » (3rd Movement) D.D. Jackson, Thompson Questlove, D.D. Jackson 1:03
14. « Finality » (4th Movement) Angry, Thompson, Nichols Questlove, Angry, Nichols 1:31

Thèmes:

Undun est un album-concept retraçant la vie tragique de Redford Stevens ((1974-1999), un personnage de fiction dont le nom a été inspiré d’une chanson de Sufjan Stevens intitulée Redford  (chanson présente sur l’album en 11ème place voir http://www.youtube.com/watch?v=XhgW3z6CgYo ) Cet anti-héros vivant dans un ghetto lutte pour survivre mais meurt à 25 ans. Un même thème qui revient sans cesse, celui de la mort de ce personnage qu’on devine très vite dans le titre ‘Sleep’. Tous les autres morceaux qui suivront nous rapprocheront de plus en plus de cette fin terrible en nous expliquant les différentes étapes de la vie de Reford qui l’ont poussé à devenir dealer (‘One Time’, ‘Kool On’) et a assumé complètement ce choix (‘The Other Side’) guidé par l’argent facile. Souvent isolé dans sa vie le jeune Redford n’aura pas reçu le soutient nécessaire pour s’en sortir (‘Lighthouse’), entre erreurs et remords dans le mélancolique ‘I Remember’ il en arrive même à avoir des pensées suicidaires sur le prenant ‘Tip The Scale’. Ainsi chaque titre évoque une partie de la raison pour lequel le sujet s’est détourné de la société. Ils retracent  la vie éphémère et typique d’un criminel élevé dans la misère et qui doit faire face aux lois dictées par la rue. Ce disque est aussi en partie autobiographique. Par l’intermédiaire du destin de cet homme, The Roots critiquent l’Amérique raciste, inégalitaire et égoïste.

Pour écouter l’album dans son intégralité, rendez-vous ici: http://www.deezer.com/partners/inrocks/?aid=1373410

The Roots -Sleep

In Undun on juillet 5, 2012 at 11:58

Sleep (Dors)

Like when autumn leaves*1 fall
Down from the trees
There goes my honey bee*2
Comme quand les feuilles d’automne tombent /1
Des arbres /1
Voilà la plus jolie chose /1

I’ve lost a lot of sleep to dreams
And I do not miss them yet
I wouldn’t wish them on the worst of enemies
Let them burn, go from here
Like when autumn leaves
J’ai perdu le sommeil à cause des rêves/2
Et je ne veux pas encore les perdre/2
Je ne voudrais pas leur souhaiter le plus redoutable des ennemis/2
Qu’ils brulent, à partir d’ici
Comme les feuilles d’automne

To catch a thief*3, who stole the soul*4 I prayed to keep*5
Insomniac, bad dreams got me losing sleep*5
I’m dead tired, my mind playing tricks*6, deceit
A face in the glass, unable to admit defeat
All that I am, all that I was is history
The past unraveled, adding insult to this injury*7
I’m fighting the battle for the soul of the century
Destiny is everything that I pretend to be
Look, and what I did came back to me eventually
The music played on, and told me I was meant to be awake
It’s unresolved like everything I had at stake
Illegal activity controls my black symphony
Orchestrated like it happened incidentally
Oh, there I go, from a man to a memory
Damn, I wonder if my fam will remember me
Pour attraper un voleur, qui a volé l’âme, j’ai prié pour rester /3
Insomniaque, les mauvais rêves m’ont fait perdre le sommeil
Je suis mort de fatigue, mon esprit me joue des tours, la tromperie
Un visage dans la glace, incapable d’admettre la défaite /4
Tout ce que je suis, tout ce que j’étais dans l’histoire
Le passé s’est effondré, ajoutant l’insulte à cette blessure
Je me bats pour l’âme du siècle /5
Le destin est tout ce que je prétends être /5
Regarder, et ce que j’étais me revint finalement/6
La musique a été jouée/7 , et m’a dit que j’étais destiné à être éveillé
C’est en suspens, comme tout ce que j’avais en jeu/8
L’activité illégale contrôle ma sombre symphonie/7
Orchestrée/7 comme cela s’est produit ailleurs
Oh, là où je vais, d’un homme à une mémoire /9
Putain, je me demande si ma famille se souviendra de moi /10

I’ve lost a lot of sleep to dreams
And I do not miss them yet
I wouldn’t wish them on the worst of enemies
Let them burn, go from here
Like when autumn leaves
J’ai perdu le sommeil à cause des rêves/2
Et je ne veux pas encore les perdre/2
Je ne voudrais pas leur souhaiter le plus redoutable des ennemis/2
Qu’ils brulent, à partir d’ici
Comme les feuilles d’automne

Notes:

*1 Inspiré de la chanson française « Les feuilles mortes » de 1945 avec la musique de Joseph Kosma et les paroles du poète Jacques Prévert. L’ auteur-compositeur américain Johnny Mercer a adapté les paroles en anglais en 1947 et Jo Stafford était parmi les premiers à effectuer cette version sous le nom de « Autumn Leaves ». Cette chanson est devenue un standard de pop et de jazz dans les deux langues, à la fois au niveau instrumental qu’au niveau du texte.

*2 Honey bee désigne, dans un américain courant, une femme parfaite. Mais Honey bee est aussi un billet de cent dollars. Ainsi dans le livre de Mario Puzo « Fools Die » (en français: »C’est idiot de mourir ») de 1978 , « honey bee » est un billet de cent dollars destiné à payer des prostituées. L’histoire se déroule dans les mondes des jeux d’argent, de la presse et de l’industrie du film. Merlyn et son frère Artie obéissent à leur propre code d’honneur, dans le bouillonnement de l’Amérique contemporaine (New York , Hollywood et Las Vegas) où la loi et la criminalité organisée sont une seule et même chose.

*3 « To Catch a Thief » (en français « La Main au Collet ») est un film policier d’Albert Hitchcock de 1955 et qui suit un ancien cambrioleur surnommé « le Chat »  suspecté d’une série de vols commis sur la Côte d’Azur. Il cherche à identifier le coupable pour se disculper et montrer à tous qu’il a raccroché. Comme Redford.

*4 Référence à la chanson « Who Stole the Soul » de Public Enemy en1990 qui se plaint du vol de la culture noire.

*5“Now I Lay Me Down To Sleep”(Maintenant je tombe dans les draps du sommeil ») est une berceuse célèbre du 18ème siècle. On la retrouve dans nombre de chansons que ce soit en rock (« enter sandman » de Metallica, » go to hell » de Megadeth) qu’au hip-hop (‘Ready to Die’, Phish’s song, « Dog Stole Things », Godsmack’s « Livin’ In Sin’ On IV » de The Notorious B.I.G)

Now I lay me down to sleep,                     
I pray the Lord my soul to keep,
If I shall die before I wake
I pray the Lord my soul to take
Maintenant, je m’allonge pour dormir
Je prie le Seigneur de garder mon âme,
Si je meurs avant de me réveiller
Je prie le Seigneur de prendre mon âme

*6 Référence au titre « Mind playing tricks on me » des Geto Boys.

*7 Expression utilisée quand une personne profite de la faiblesse morale d’une autre pour aggraver sa situation en la blessant avec des injures.

/1 Perdre la personne que vous aimez – ou même votre propre âme – c’est comme regarder les feuilles tomber des arbres. L’hiver est sur le chemin de Redford, un moment de tristesse et des sentiments froids.

/2 Redford souligne l’ironie dans le fait qu’il n’y a pas de repos pour ceux qui sont fatigués de leur travail acharné, nécessaire à la poursuite du rêve américain (dormir est nécessaire pour rêver).
Deuxièmement, les activités illégales de Redford, pourraient aussi conduire à des cauchemars et des nuits sans sommeil ce qui serait alors « l’ennemi » des bons rêves et donc de l’espoir nécessaire pour vivre.

/3 Le voleur qu’est Redford s’est fait avoir à son propre jeu en se faisant humilier, en ayant perdu son honneur. Il recherche cet homme.

/4 Redford ne se reconnait plus, il a perdu son intégrité.

/5 Redford est révélateur non seulement de sa propre histoire, mais aussi de l’histoire des Noirs en Amérique au XXe siècle, et des forces sociales qui l’ont amené à devenir la personne qu’il était et, finalement, ont conduit à sa défaite.

/6 Redford fait une déclaration plus directe de l’idée ci-dessus – que sa mort n’était pas due directement à la personne qui l’a tué, mais plus à ses actions passées qui ont créées une situation où quelqu’un voudrait le tuer. Cela fait référence au concept de karma( somme de ce qu’un individu a fait, est en train de faire ou fera) omniprésent dans les religions indiennes notamment.

/7 Redford utilise la métaphore d’un concert pour sa vie où la musique de sa vie (son destin) est déjà joué, sans suspens, et ou quelque part il n’est pas le chef d’orchestre. Il est condamné à assister passivement à sa vie, sans rien contrôler.

/8 Encore une allusion au jeu de carte. Ici, Redford risque de perdre gros, comme perdre sa fortune pour un joueur de poker par ex.

/9Redford parle poétiquement de sa propre mort  à tous ceux qu’il laisse derrière lui.
Redford est unique et pourtant aussi un homme ordinaire. Il y a tant d’hommes et de femmes noires, trop pour que chacun est une vie susceptible d’être reconnue. Beaucoup d’entre nous sont coincés avant que nous commencions, coincés à la naissance par leur milieu social où il font le gros du travail et obtiennent un petit salaire. Sauf si vous refuser tout cela et que vous vous tourner vers la criminalité, qui vous met sur ​​un chemin séparée dirigée directement vers la prison ou la mort.

/10 Redford espère que sa famille pourra lui pardonner de les avoir laissé seul dans cette enfer alors que, peut-être, il va au paradis.

Si vous n’avez pas compris le fonctionnement de cette traduction, rendez-vous ici: https://traduirecestdejaecrire.wordpress.com/accueil-2/

The Roots-Make My

In Undun on juillet 5, 2012 at 11:57

Make My (Fais moi … )

 I did it all for the money, Lord
That’s what it seems..
Well, in the world of night terrors it’s
Hard to dream, they hollerin’ cash rules everything
*1
Just call it cream*1, cause when it rises to the top
You get the finer things
Oceanfronts, rolling blunts
*2 with model chicks
And saying grace over lobster and steak
Like please forgive us for riding Benzes with camera plates
Too busy looking backwards for jackers
*3 to pump my brakes
For help signs to symbolize the lives that hunger takes*
Addicted to the green, if I don’t ball I’ll get the shakes
I’d give it all for peace of mind, for Heaven’s sake
*4
My heart’s so heavy that the ropes that hold my casket breaks
Cause everything that wasn’t for me I had to chase
J’ai fais tous cela pour l’argent, Seigneur
/1
C’est ce qu’il semble ../1
Eh bien, dans ce monde de terreurs nocturnes, c’est /2
Difficile de rêver/2, ils appliquent la règle de l’argent pour tout/3
Ils l’appellent la crème, parce que quand elle monte vers le haut /3
Vous obtenez les plus belles choses /3
Vue sur la mer, me roulant un blunt avec des tops modèles /4
Et en disant la grâce sur le homard et le steak /4
S‘il vous plaît pardonnez-nous pour l’équitation Benz/4 avec des caméras plates
Trop occupé à regarder derrière moi les lèche-bottes  pour pomper mes freins /4
Faire des signes de secours symbolisent avoir de l’appétit pour la vie /5
Accro à l’herbe, si je ne me dope pas, j’aurais la tremblote /5
Je donnerais tout pour la paix de l’esprit, pour l’amour du ciel /6
Mon cœur est si lourd que les cordes qui retiennent mon cercueil cassent /7
Parce que tout ce qui n’était pas pour moi, j’ai dû le chasser /8

They told me that the ends
Won’t justify the means
They told me at the end
Don’t justify the dreams
That I’ve had since a child
Maybe I’ll throw in the towel
Make my (make my)
Make my (make my)
Departure from the world
Ils m’ont dit que la fin /9
N’a pas besoin de justifier les moyens /9
Ils m’ont dit à la fin /10
De ne pas justifier les rêves /10
Que j’ai eu depuis enfant /10
Peut-être que je vais jeter l’éponge /11
Organise mon (organise mon) /11
Organise mon (organise mon) /11
Départ du monde /11

Tryin’ to control the fits of panic
Unwritten*5 and unraveled, it’s the dead man’s pedantic
Whatever, see it’s really just a matter of semantics
When everybody’s fresh out of collateral to damage
My splaying got me praying like a mantis
I begin to vanish
Feel the pull of the blank canvas
I’m contemplating that special dedication
To whoever it concern, my letter of resignation
Fading back to black, my dark coronation
The heat of the day, the long robe of muerte
That soul is in the atmosphere like airplay
If there’s a Heaven* I can’t find a stairway *6
Essayant de contrôler les crises de panique /7
Pas écrite et brouillon, c’est la mort de l’homme pédante /12
Quoiqu’il en soit, le voir, c’est vraiment juste une question de sémantique /12
Lorsque les frais de tout le monde fraichement sortis des dommages collatéraux /13
Mon écartement m’a fait prier, comme une mante /14
Je commence à disparaître /15
Sentez-vous l’attraction de la toile blanche /15
Je contemple ce dévouement extraordinaire /15
Pour celui qui à qui cela est destiné, de ma lettre de démission /15
Fondu au noir en arrière, mon sacre sombre /17
La chaleur de la journée, la longue robe de muerte/16
Cette âme est dans l’atmosphère comme un passage à l’antenne/17
S’il existe un paradis, je n’arrive pas à trouver un escalier/17

They told me that the ends
Won’t justify the means
They told me at the end
Don’t justify the dreams
That I’ve had since a child
Maybe I’ll throw in the towel
Make my (make my)
Make my (make my)
Departure from the world
Ils m’ont dit que la fin /9
N’a pas besoin de justifier les moyens /9
Ils m’ont dit à la fin /10
De ne pas justifier les rêves /10
Que j’ai eu depuis enfant /10
Peut-être que je vais jeter l’éponge /11
Organise mon (organise mon) /11
Organise mon (organise mon) /11
Départ du monde /11

Notes

*1 Référence à la chanson » C.R.E.A.M » de Wu-tang clan. C.R.E.A.M signifie “Cash Rules Everything Around Me”.

*2 Un blunt est un joint de marijuana traditionnellement roulé dans un cigare de marque Phillies Blunt d’où il tire son nom.

*3 Dans le monde du trafic de drogue, des jackers sont des personnes qui gagnent leur vie par le vol.

*4 Référence à Big K.R.I.T dans sa chanson « The Vent » et dans la phrase « Trade my materials for a peace of mind-I am so close to heaven, hell, I just need some time ».

*5 Référence à « It was Written », deuxième album studio du rappeur américain Nas de 1996.

*6 Référence à la chanson « stairway to heaven » de Led Zeppelin.

 /1 Redford essaye de se repentir ou du moins de justifier ses actes devant Dieu.

/2 En comparant sa vie à un mauvais rêve, Redford trouve qu’il est difficile d’aspirer à être une bonne personne quand on est supposé être la cause de tous les problèmes («terreurs nocturnes» peut être la race noire) dans le monde et qu’on ne peut donc trouver la « lumière » (le bien est synonyme de pureté d’où le blanc).

/3 Lorsque vous obtenez suffisamment d’argent, vous atteigniez le sommet et les plus belles choses dans la vie. En outre, lorsque la crème se sépare de certains liquides, elle monte vers le haut.

/4 Redford est trop occupé à regarder derrière son dos pour surveiller ceux qui veulent être à sa place qu’à ralentir son mode de vie clinquant: filles faciles (« top model »), grande villa avec vu sur la mer (« oceanfronts »), bonne drogue (« rolling blunt »), bonne alimentation (« lobster and steak »), belles voitures (« riding Benzes »,  jeux de mots sur la marque allemande d’automobiles indépendante « Mercedes-Benz » du nom de ses créateurs Emil Jellinek-Mercedes et Carl Benz et le nom technique porté à une voiture 2 cv, 4cv chevaux….), haute technologie (« camera plates ») qui suscite des convoitises. Il a réussi financièrement et préfère garder jalousement sa fortune plutôt qu’aider tous ces gens dans le besoin. Il espère que Dieu pourra lui pardonner cela.

/5 Redford est accros à ce mode de vie, l’argent ne faisant qu’empirer la tentation de se droguer d’avantage.  Il ne veut surtout pas revenir aux symptôme d’un junkie en manque quand il n’avait pas assez d’argent pour payer sa drogue. Il pense qu’il ne pourra pas continuer sa vie sans drogue comme un sportif qui se serait dopé toute sa vie. Néanmoins il essaye de se désintoxiquer et appelle à l’aide car il ne veut pas mourir d’overdose et plus jeune.

/6 Redford donnerait tout (y compris son mode de vie matérialiste) pour être plus lui-même et avoir une meilleure compréhension du monde.

/7 Redford a tellement peur de sa vie après la mort que son coeur rempli d’émotion est trop lourd pour les cordes qui déposent habituellement le cercueil sous terre.

/8 Dans le milieu social ou est né Redford, il est né pauvre et a dû lutter pour tout ce qu’il pouvait obtenir. «Ce n’était pas pour moi», suggère qu’il y avait des barrières matérielles (le racisme, la pauvreté) qu’il a du surmonter afin de gagner ce que beaucoup tiennent pour acquis naissant dans un milieu plus favorisé.

/9 Toute les personnes qu’il a pu rencontré jusqu’ici pensent que dans leur situation, dans leur misère il ne faut pas s’occuper des questions de morale sinon il n’y a aucun moyen de survivre.

/10 Redford parle ici du « rêve américain » selon lequel s’enrichir et connaitre le succès est aisément plus facile en Amérique et cela indépendamment du milieu social. Enfant, Redford pensait sans doute se sortir de cette misère et devenir heureux. Mais ayant réalisé son rêve il découvre qu’il n’ a pas trouvé la paix de l’âme, juste la sécurité. Mais une autre version est possible, en effet, «I Have a Dream» est un discours publique de 17 minutes  par Martin Luther King, Jr.  le 28 Août 1963 dans laquelle il appelle à l’égalité raciale et à la fin de la discrimination. De plus, « make my » est une phrase du film « Dirty Harry » dont le personnage centrale (joué par Clint Eastwood) un policier blanc qui prononce « make my day », à un criminel noir. Dans ce cas Redford pensait que la discrimination raciale finirait avec la fin des lois discriminatoires.

/11 «Jeter l’éponge » est une expression qui signifie admettre l’échec ou la défaite. Ce dicton est fondé sur une coutume de la  boxe: jeter une serviette sur le ring pour signaler qu’un boxeur ne peut plus continuer à se battre pour cause de blessure ou de fatigue. Redford veut prendre du recul, regarder sa vie avec objectivité pour comprendre ou il en est.

/12 La vie de Redford était écrite d’avance (étant issu de la misère il ne peut récupérer le retard et devenir quelqu’un d’important)  et il ne sert à rien d’écrire sa biographie. La vie de Redford ne sera pas reconnue, contrairement aux personnes riches ou célèbres, et son souci de donner un sens à sa mort lui semble futile, et même pédant, mais il est obligé de le faire quand même.
Une phrase comme « c’est juste une question de sémantique » est généralement utilisé pour écarter un argument (La sémantique est «l’étude du sens »). Voici que Redford exprime son sentiment que sa vie n’a pas de sens.

/13 Un astucieux jeu de mots et triste sur les dommages collatéraux; phrase qui est habituellement utilisé comme un euphémisme pour les victimes civiles d’une action militaire. Ici, la pensée relie son sens militaire à un autre financier, un «engagement de l’emprunteur d’un bien déterminé à un prêteur, pour garantir le remboursement d’un prêt. » Essentiellement, la pensée est dit que tout le monde est sans le sou, mais le fait dans un évocation poétique du mode politique.

/14 La mante religieuse est un insecte renommé pour ses pattes de devant qu’elle replie comme pour prier quand elle est à l’affût d’une proie. La comparaison signifie que Redford prie pour survivre, que cette action lui donne de l’espoir.

/15 Redford compare sa note de suicide imminent à une note de démission (d’emploi) façon de dire qu’il arrête de travailler pour survivre. Redford explique cyniquement que c’est quand quelqu’un est vraiment au plus mal qu’on se met à lui faire des excuses. Ainsi un patron exigeant peut devenir très doux si vous démissionnez alors qu’il compte sur vous.

/16 Redford utilise ici des symboles de la mort: « Muerte » signifie la mort en espagnol, et, la grande faucheuse, qui est la personnification de la mort dans certaines cultures, porte une longue robe noire. C’est aussi une ligne sur la climat, annonçant la fin du monde à cause du réchauffement climatique.

/17 Redford fait le rapprochement entre l’élévation de son âme au ciel et le fait que son décès va sans doute être prononcé à la radio. C’est en quelque sorte son ‘heure de gloire’. Mais là encore, Redford pense qu’il n’a pas le droit d’être reconnu comme un roi qui serait sacré pour la seule raison qu’il est le descendant d’un ligné royale. Redford n’arrive pas à trouver un escalier, un moyen d’expier ses fautes afin d’accéder au paradis.

Si vous n’avez pas compris le fonctionnement de cette traduction, rendez-vous ici: https://traduirecestdejaecrire.wordpress.com/accueil-2/

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.